Amicale des Éléphants noirs
CPIMa
68, avenue Jacques Desplats
BP 60339
81108 CASTRES CEDEX
Tel : 05 63 62 55 87
Permanence à Castres : Locaux amicale 8° RPIMa le lundi et jeudi de 14h à17h
Pour Urgence : 06 20 90 06 00
 
Président André Piaskowski
Président d'honneur Claude Bouvinet
Imprimer

HONNEUR AU CAPITAINE JOSEPH CANAL

 J’ai l’honneur de m’adresser à vous, en tant que président des Éléphants Noirs, qui sont ici à venir pleurer leur ancien capitaine et leur ami !
 Et c’est toujours avec beaucoup d’émotion que l’on s’incline devant le cercueil d’un frère d’armes.
 Émotion d’autant plus grande que le capitaine Joseph Canal fut mon capitaine à la CPIMa.
 Un véritable chef, un ami, fidèle, enthousiaste, dévoué, pour tous ceux qui ont connu ce grand bonheur de servir à ses côtés.   
 Cet honneur je le partage avec tous les éléphants noirs. Des Frères d’armes de la CPIMa unis par une amitié fidèle et généreuse.
 Chers amis, nous savons que :                                                                                                                                    
 Perdre un être cher, c’est comme pour un arbre perdre une partie de ses racines. Cela vous fragilise et vous rappelle l’importance de celui qui part de votre vie.         
  Nous perdons un frère d'armes, un très valeureux officier parachutiste à la carrière exemplaire.
 Fidèle en amitié, très attaché aux troupes de marine, le général Canal était une figure des parachutistes coloniaux : par son humanité vraie, empreinte de simplicité, de pudeur et de dévouement ; par la droiture de son comportement, tout en loyauté, en discrétion et en fermeté.
 Permettez-moi de citer un extrait du discours du colonel Bouvinet lors de l’intronisation du général Canal comme président d’honneur des Éléphants Noirs. Je le cite :
 Dans le second livre de son histoire, Thucydide avait dressé votre portait en parlant de Périclès :
 « Puisant par sa dignité personnelle et par sa sagesse, et reconnu plus que personne pour incapable de se laisser corrompre par des présents ; il contenait le peuple par son ascendant de son caractère et de son génie : ce n’était pas ses hommes qui le menaient, mais lui qui savait les conduire. Ne devant son autorité qu’a des moyens légitimes, il ne cherchait pas à flatter les passions populaires ; mais il savait conserver sa dignité et les contredire même parfois avec colère ».
  Mon capitaine, aucun Éléphant Noir n’a pu oublier les paroles de votre dernier rapport, celui du 30 août 1971, elles disaient « avant de quitter le plus beau commandement de capitaine de l’armée française, je voudrais à tous exprimer ma gratitude de m’avoir secondé, et ma fierté de vous avoir commandé pendant un an ».
Bien des années ont passé, mais les souvenirs des Éléphants Noirs sont fidèles : Ils vous sont toujours reconnaissants de les avoirs bien commandés et sont fiers de vous avoir obéi. Car le capitaine Joseph Canal a entraîné la CPIMa « dans une guerre sans haine … aidant les populations par tous les moyens dans les moments de répit ». Et par son bilan, il n’a récolté qu’estime et amitié.
 Il restera dans nos mémoires à tous et il restera pour tous les Éléphants Noirs « le Capitaine » cela ne fait aucun doute. Avec lui nous avons tout partagé : la ration, l’eau boueuse des puits, les angoisses des embuscades de nuit, les tourmentes du combat, la souffrance, la douleur et l’amitié.
Nous sommes ses frères d’armes. Mon général, vous avez quitté la prison d’un corps meurtri, vous voilà libéré. Vous voilà libéré du temps, votre corps a accompli son chemin sur la terre.
 Adieux donc mon Capitaine : mais je voudrais encore vous dire, attendez-nous, faites-nous une place près de Saint-Michel.  Veillez sur nous, comme nous prions pour vous.
 St-Exupéry l’a si bien dit :  Le disparu, si l’on vénère sa mémoire, est plus présent et plus puissant que le vivant.
André Piaskowski
 
 
 
Imprimer

Rassemblement 2018 des Éléphants Noirs

À Trèbes, le 2 Mai 2018
Objet : Rassemblement 2018 des Éléphants Noirs.
 
Chers amis,
J’estime que ces deux jours de retrouvailles ont été une réussite que je dois à notre magnifique équipe qui a œuvré sans relâche. Nous étions 107 samedi soir et 196 dimanche avec les sympathisants.
 Quelle joie de vous revoir, nous avons partagé le plaisir de nous retrouver, comme si le temps ne s’était jamais écoulé.
 Mais aussi le regret de ne pas revoir certains visages habituels à ces retrouvailles empêchés par la maladie ou seulement les aléas du moment. J’espère qu’ils seront parmi nous l’année prochaine.
Chers amis, je vous remercie pour ces deux jours de bonheur que vous m’avez donné, et je vous donne rendez-vous l’année prochaine à la même époque.

Avec toute mon amitié,
Le président.
 
Imprimer

Caporal-chef Jean-Pierre Bedel

Chers Amis,

                        C'est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de notre ami Jean-Pierre Bedel à la suite d’une longue et douloureuse maladie.  

              Jean-Pierre avait servi, entre autres, au 1er RPIMa, au 8ème RPIMa, au 6ème RPIMa (12 ans)  et 5 ans au Tchad, en 3 séjours, à la CPIMa. 

Médaillé Militaire, il avait été cité deux fois pour des actions particulièrement éclatantes.

En effet, une première fois à Gouro, en mars 1970 après avoir soigné sous le feu les blessés, il ramenait sur son dos le médecin-chef Garcia grièvement blessé sous le tir intense de l’ennemi.

Une seconde fois en juillet 1970 à Garminia, il a porté secours, sous le feu, à 3 blessés en les ramenant à l’abri des tirs.

 Aujourd’hui pour ces actions glorieuses la Légion d’honneur lui aurait été décernée.

 Mais, c’était hier, et j’estime que le caporal-chef Jean-Pierre Bedel a été bien mal honoré.

  Nous perdons un frère d'armes, un très valeureux soldat parachutiste à la carrière exemplaire.

Les Éléphants Noirs adressent à sa famille, à ses proches et à ses amis leurs sincères condoléances attristées et lui assure de leur soutien dans cette difficile épreuve.

L'archange Saint-Michel accueille et veille dorénavant sur notre camarade Jean-Pierre.

                                                         

 Les obsèques auront lieu à Saint - CÉNERI le Gérei   61 250, Lieu dit La Flèche, le mardi 27 mars à 15 H.

 Le drapeau et une délégation des Éléphants Noirs assisteront aux obsèques.

 En espérant qu'une délégation de l'UNP soit présente car il a été aussi un fidèle de l'UNP.

                                                              

Avec toute mes AMITIÉS, 

 

Le président
André Piaskowski
 
 
 

jp Bedel

Crédit photos : M Desvignes

Imprimer

AVIS DE DECES de Christian SIGOT ex du 1er Commando de la CPIMa

J’ai la grande peine de vous faire part du décès de notre ami Christian Sigot, âgé de 68 ans. Atteins d'un cancer au poumon, il a succombé à la suite d'un A.V.C.

Blessé à Bedo, il était radio de Jacky Neau au 1er C.D.O.

Un bout de piste parcouru ensemble ; un camarade avec qui nous avons partagé nos peines, nos peurs, nos joies et l’eau boueuse des puits. Que Saint -Michel lui ouvre sa porte.

Christian sera incinéré au crématorium de Bourges mercredi 28 février à 17 h 15.

·         Pas de fleur, ni plaque.

Les Éléphants Noirs adressent leurs plus sincères condoléances à sa famille et à ses amis…

                                                     Le président.

Imprimer

Lettre des voeux 2018

     Amicale des anciens de la compagnie parachutiste d'infanterie de marine  

                      de l'Ex-Afrique équatoriale française (1948-1975).

       Également désignée sous la dénomination « Éléphants Noirs »

                 

 

   Le président

   André Piaskowski                                          

Cher ami,

                                                                                                                        

                                             Avant de développer les intentions du conseil d’administration pour notre prochain rassemblement, en 2018, je souhaiterais remercier tous les protagonistes qui ont œuvré pour le succès de notre rassemblement à Bayonne. Et j’estime que ce rassemblement a été une réussite.

Toutefois, comme le soulignait Jacky Heim, - les « Éléphants Noirs » se sont retrouvés à Bayonne et durant 48 heures les mains se sont serrées, les embrassades et les tapes amicales se sont multipliées. Joyeuse ambiance de soldats qui ont un vécu commun et des souvenirs très forts. Plus les années passent, plus les rangs s’éclaircissent, mais aucun n’a disparu de la mémoire des éléphants. Ce qui m’a rendu triste, c’est que j’ai vu plus de cannes, de chaises roulantes que l’an dernier.

Cependant, malgré cette pointe de nostalgie et puisque figure toujours le bonheur de se revoir, continuonsnos retrouvailles annuelles ; et faisons tout pour que l’Amitié et la Fraternité restent l’ordre du jour.

                                         Tout d’abord, nous nous retrouverons avec le drapeau de la C. P pour accompagner R. Blancquart, Y. Guédon, J. Trépon et R. Schillemann décorés de la Médaille Militaire lors de la cérémonie du « 8 Mai » au 8° RPIMa. Je vous demande de bien vouloir nous faire part de votre participation à cette cérémonie avant le 16 avril.

                                         Ensuite, comme il a été convenu lors de notre dernière A.G, notre rassemblement aura lieu à Castres hors des murs du 8° RPIMa ; le samedi 23 et dimanche 24 juin 2018.

Il comprendra un repas de « Chauffe », le samedi soir ; puis un méchoui le dimanche midi sur le Causse au centre commando du « 8 ». Ce méchoui réunira la C.P et les anciens du Tchad. Le menu sera précisé sur les fiches d’inscription.

De surcroît, nous envisageons de réaliser en commande pré-réglée :

ü  L’insigne métallique de la CPIMa ;

ü  Un T-Shirt, une Casquette et un Sweat-Shirt de couleur avec l’insigne de la CPIMa.

Nous avons choisi l’achat sous souscription afin de ne pas obérer nos finances. Vous trouverez les photos du projet et la fiche de commande dans l’annexe jointe.

                                         Cher camarade, la période des fêtes est particulièrement propice à l’évocation des souvenirs que nous partageons et que l’éloignement rend encore plus précieux. Et nos pensées se tournent avec gratitude vers ceux et celles à qui nous tenons le plus : La famille et les amis.                                                                                                                                            

En outre, la nouvelle année est l'occasion de célébrer l'amour, l'amitié et toutes les bonnes choses de la vie. Prenons le temps d'apprécier ce que cette année nous a donné et ce que la nouvelle est sur le point de nous apporter !

Les membres du conseil d’administration et moi-même vous souhaitons, ainsi qu’à tous ceux qui vous sont chers, que cette nouvelle année soit pleine de sérénité, de paix, de santé, de petits plaisirs et de grandes joies… Et que votre bonheur soit durable.

                                         Je terminerai sur une citation de Benjamin Franklin « Soyez toujours en guerre contre vos vices, en paix avec votre prochain, et que chaque nouvelle année trouve en vous un homme meilleur ».

En comptant vivement sur votre présence lors de nos prochains rassemblements, je vous prie d'agréer, cher ami, l'expression de mes salutations parachutistes et coloniales les plus fraternelles. Joyeux Noël, bonne et heureuse année.

 

Siège : 68, avenue Jacques Desplats - BP 60339 - 81 108 Castres-Cedex Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  Tél : 05 63 62 55 87 / 0620900600

Imprimer

Cérémonies commémoratives à Bayonne le 25 juin 2017

cérémonie commémoratives bayonne

Homélie du 25 juin 2017

Une fois de plus, nous sommes réunis pour prier : pour nos anciens tombés au champ d’honneur et en service commandé, pour nous-mêmes aussi. Nous sommes ensemble pour nous souvenir, pour faire mémoire, mais aussi pour réfléchir à ce que nous sommes aujourd’hui, à ce que nous vivons au quotidien.

Nous sommes tous des « anciens ». Posons-nous la question suivante : que signifie exactement « être un ancien » ? En regardant parfois quelques-uns dits « anciens », on a l’impression que leur statut d’ancien se résume à : souvenirs, radotages, gueuleton. Autrement dit, on remonte le Mékong dès qu’une occasion se présente, on raconte ou on se raconte des histoires, on amplifie et on embellit les exploits plus ou moins fictifs, on est content et une bonne bouffe s’impose en conclusion. Cela ressemble à un has been au sens de la médiocrité.

Chateaubriand disait : « L’aristocratie a trois âges successifs : l’âge des supériorités, l’âge des privilèges, l’âge des vanités ; sortie du premier, elle dégénère dans le second et s’éteint dans le dernier. » Cette sentence d’un de nos plus beaux représentants de la littérature française peut s’appliquer à nous, les anciens : l’âge d’intense activité, l’âge des acquis et des décorations, l’âge du Mékong.

A l’expression « être un ancien », je préfère celle de « vieux soldat » que m’a inspiré le chant de Jean Pax Mefret. Le vieux soldat, c’est celui qui revendique le respect, celui dont le sens de l’honneur reste intact, celui qui renoue en permanence avec sa vocation d’origine, celui dont le cœur bat toujours le même amour de la Patrie, celui qui n’a pas peur d’affronter le monde d’aujourd’hui, celui qui se moque de qu’en dira-t-on et des idées reçues, celui qui n’avale pas les fausses vraies « vérités » que nous servent les médias de la bien-pensance.

Le vieux soldat, quelle que soit la force physique de ses bras, demeure lucide face au monde de plus en plus hostile à la vérité et au courage ; ça lui fait mal, au vieux soldat, de voir la France livrée au mépris ; ça lui fait mal, au vieux soldat, toutes ces insultes, tous ces crachats ; le vieux soldat est prêt à se lever. Pour la France.

« Quand un peuple transformé par le temps, ne peut plus rester ce qu’il a été, le premier symptôme de sa maladie, c’est la haine du passé et des vertus de ses pères » (Chateaubriand, Mémoires, T 3, p. 357).

Vous connaissez tous mes origines polaks. Vous savez que « Je n’ai pas une goutte de sang français ; mais la France coule dans mes veines. »

Mon compatriote, le dernier grand pape Jean-Paul II avait posé un jour cette question : « De quoi avez-vous peur ? » Je vous la repose aujourd’hui : « De quoi avez-vous peur ? » Rappelez-vous les paroles du Christ de l’Evangile. « Ne craignez pas les hommes… Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme… Soyez donc sans crainte. » (Evangile du jour)

L’exemple du prophète Jérémie (7ème-6ème siècle ; Première lecture du jour) : Sa mission consiste à dire aux rois et à toutes les autorités politiques et religieuses leurs quatre vérités, des vérités pas toujours bonnes à entendre. Ces vérités tiennent en un mot : « infidélité », une infidélité qui ressemble à un adultère. Le peuple a oublié son Dieu. Et parce que le peuple a renié sa foi et mis sa confiance dans n’importe quels macaronismes, il s’expose à des catastrophes.

La seule crainte autorisée, c’est de manquer à la mission : « Craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps ». Car le mot « périr » vise un autre danger bien plus grave, celui de la mort spirituelle. Shakespeare avait dit que la prospérité et la paix produisent des couards. Autrement dit, des lâches et des trouillards. Quelqu’un qui vit trop longtemps dans un bien-être et un confort, devient sacrément ramolli. Avons-nous encore la force et le courage de penser et de dire notre immense amour de la France charnelle et éternelle ? Avons-nous la force et le courage d’appeler par son nom le Dragon de l’Apocalypse, qui, de nos jours, a pris la forme de la barbarie islamiste ? La barbarie nazie fut nommée, celle d’aujourd’hui ne l’est pas. Elle est noyée dans des périphrases bien trop générales (« les apôtres du néant, fanatiques en tous genres, extrémistes de toutes figures, jeunes radicalisés, racaille à capuche »).

Dans le même Evangile d’aujourd’hui, Jésus affirme : « Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux. »

Le prophète Jérémie l’a traduit à sa façon : « Mais le Seigneur est avec moi, tel un guerrier redoutable… »

ü  Messe célébrée par le Père Richard KALKA dimanche 25 juin dans l’église millénaire de Tarnos - une ancienne commanderie-hôpital des Chevaliers de l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem

Imprimer

Film CPIMa

Ces prises de vues ont été filmées sur plusieurs bobines de super-8 mm par Francisco VASCO (2e C.D.O.) en 1970

Réalisation Jean-philippe Berthoumieu

Intégration youtube : PhilippeBuffon

Imprimer

Avis de décès de l'Adjudant-chef (H) Jean-Pierre Hamel

Message du Président des Éléphants Noirs.

jean-pierre hamelC’est avec beaucoup de peine que nous vous faisons part du décès de notre ami Jean-Pierre Hamel, survenu dans la nuit du 23 au 24 mars 2016, à son domicile de Labenne (Landes), des suites d’un accident cardiaque.

Jean-Pierre était né le 31 janvier 1949, en Basse-Normandie, et s’était engagé en 1968 pour servir dans les « Paras-Colos », notamment à Castres.

Avec le grade de sergent, il avait été choisi, parmi les cadres du 8ème RPIMa, pour devenir l’un des chefs de groupes du 4ème commando de la CPIMa, engagé au Tchad de juin 1971 à juin 1972, sous les ordres du Lieutenant Thomann.

A son retour du Tchad, sa grande valeur militaire et sa riche expérience opérationnelle lui avaient permis d’être retenu pour servir au sein du Groupement Opérationnel du 1er RPIMa, à Bayonne, et d’y devenir l’un des instructeurs les plus compétents.

Partant en séjour outre-mer en 1981, il avait servi à Djibouti en tant que chef du poste de Yoboki, au sein du Groupement Nomade, pour revenir servir, à nouveau et définitivement, au 1er RPIMa à Bayonne.

L’Adjudant-chef (H) Jean-Pierre Hamel était titulaire de la Médaille militaire, de la Croix de la Valeur militaire et de plusieurs citations ; il avait quitté le service actif en 1992, avant de rejoindre, dès sa création, l’Amicale des "Éléphants Noirs".

Ne l’oublions pas.

Signé Claude Bouvinet

Vidéos

Vidéos Philippe BUFFON

Photos

Photos

Bibliographie

Bibliographie